Une du 19 Juin 2017
Boko Haram, Fcfa...Les vérités d’Idriss Déby Itno

Coupe des confédérations.Les dessous de l’élimination des Lions

FĂŞte du ramadan 2017.Des musulmans contre le terrorisme

Yaoundé VI.Le Rdpc à rude épreuve

Opération Epervier L’Internationale socialiste exige la libération de Marafa

Opération Epervier L’Internationale socialiste exige la libération de Marafa

SOCIETE

Tagline

By B-P.D.

Appel fait au cours des assises qui se sont tenues les 6-7 juillet 2015 Ă  New York. L’internationale socialiste est…

More...
Tête-à-tête Biya-Hollande

TĂŞte-Ă -tĂŞte Biya-Hollande

vih-sida au cameroun

By florette manedong

Le prĂ©sident Hollande a fait comprendre Ă  son interlocuteur la grande prĂ©occupation de la France sur les dĂ©tournements de deniers…

More...
Longévité au pouvoir

Longévité au pouvoir

Cameroun

By Jean François CHANNON

  Face Ă  la presse au Palais de l’UnitĂ© le 3 juillet dernier, et devant son homologue français presque rougissant,…

More...
Terrorisme  21 morts dans un nouvel attentat à Maroua

Terrorisme 21 morts dans un nouvel attentat Ă  Maroua

TEMPO

BOKO HARAM

By FREDERIC BOUNGOU

L’opĂ©ration kamikaze du 25 juillet au soir a Ă©galement fait 85 blessĂ©s dont une dizaine grave. L’attentat suicide Ă  la…

More...
Energie électrique La leçon du Dg d’Enéo au gouvernement

Energie électrique La leçon du Dg d’Enéo au gouvernement

ECONOMIE

eneo

By ALAIN NDJIPOU

En marge des travaux de la 4eme Ă©dition de l’UniversitĂ© du Gicam, JoĂ«l Nana Nkontchou, a donnĂ© des pistes pour…

More...
Lutte contre le terrorisme Au moins 200 expatriés refoulés du Tchad

Lutte contre le terrorisme Au moins 200 expatriés refoulés du Tchad

SOCIETE

boko haram

By s.k

Les Ă©trangers dĂ©versĂ©s sur le sol camerounais le 27 juin 2015 sont de nationalitĂ© camerounaise, nigĂ©riane et centrafricaine. Idris DĂ©by…

More...
Cameroun Hypothèque sur l’émergence

Cameroun Hypothèque sur l’émergence

ECONOMIE

Ă©mergence 2035

By ALAIN NDJIPOU

EmboĂ®tant le pas au Fonds monĂ©taire international (Fmi), le groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) Ă©met des rĂ©serves quant Ă  la…

More...
Lions indomptables Le successeur de « Marco » reste introuvable

Lions indomptables Le successeur de « Marco » reste introuvable

SPORT

marc vivien foé

By Christian TCHAPMI

Douze ans après la disparition tragique de l’ancien milieu de terrain de la sĂ©lection nationale fanion, la tanière manque cruellement…

More...
Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.

Assemblée nationale

Le ministre des Finances est passé sous les fourches caudines du député Sdf du Wouri-Est, au cours d'une session plénière de la Chambre basse, jeudi 15 juin 2017.

A la faveur de l'examen du projet de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2017/001 du 17 mai 2017 modifiant et complétant certaines dispositions de la Loi n°2016/018 du 4 décembre 2016 portant loi de finances de la République du Cameroun pour l'exercice 2017, le député du Social democratic front (Sdf), a interpellé le ministre des Finances sur un certain nombre de dossiers. Au sujet de l'endettement du pays, le président régional du Sdf pour le Wouri, estime en s'appuyant sur les statistiques de la Caisse autonome d'amortissement (Caa), qu'il est à hauteur de 4.503 milliards Fcfa répartis ainsi qu'il suit : 3480 milliards de dette extérieure et 1023 milliards Fcfa de dette intérieure.

Toutes choses aux antipodes de la posture du ministre de l'Economie, de la planification et de l'aménagement du territoire (Minepat), Louis Paul Motazé, qui a déclaré sur une chaîne de télévision de la place que le Cameroun n'est endetté qu'à hauteur de 25% de son produit intérieur brut (Pib). Selon toute vraisemblance, ces chiffres sont inexactes au regard de ceux ventilés par la Caa, sérine Jean-Michel Nintcheu qui conclut que le rêve du Minepat serait de le porter à 85% comme dans tout pays normal.
Pour cet élu de la nation, la dette contractée par le gouvernement est mauvaise. Elle n'est pas de nature à pouvoir permettre au pays de mieux emprunter dans le futur, du fait de son mauvais classement par les agences de notation. Une situation rendue complexe par la difficulté actuelle du Cameroun à lever des fonds sur les marchés financiers avec pour conséquence la crise sévère qui s'abat sur le pays, l'insuffisance des réformes structurelles et aux mauvais choix économiques. Le député soutient que le gouvernement doit avouer son incapacité à manager le pays.
«On ne bombe pas le torse quand on a échoué. Ayez l'humilité de reconnaître devant la représentation nationale que le régime auquel vous appartenez a plongé le Cameroun dans un désastre économique. Vous avez plongé le pays dans un abîme sans précédent et vous cherchez à en sortir en vous agrippant le long des parois. C'est la raison pour laquelle dans le projet de loi sous examen vous avez réparti les emprunts en deux catégories à savoir les emprunts concessionnels de 500 milliards Fcfa et les emprunts non concessionnels de 1.200 milliards Fcfa ».
Paradis fiscaux
Poursuivant sur cette lancée, Jean-Michel Nintcheu estime que le régime demande à la représentation nationale de lui délivrer un chèque en blanc pour jeter le pays dans la gueule des prédateurs financiers et porter ainsi la dette du pays à plus de 6.200 milliards Fcfa. «Encore faudrait-il savoir si le Minfi n'en fait pas partie à travers des sociétés écrans disposées dans les paradis fiscaux. Depuis que nous demandons la mise sur pied d'une commission d'enquête parlementaire qui aura entre autres charges d'inspecter les véritables identités des acquéreurs des parts de l'État, vous freinez des quatre fers». Résultats des courses, les Camerounais ploient sous le poids de la dette alors que les infrastructures y relatives ne rapportent rien. Les travaux accusent un retard chronique et sont scandaleusement surfacturés. On observe cette pratique dans tous les projets dits structurants. Pour faire simple, prenons le cas du stade de Japoma. Ce marché d'un montant de 160 milliards Fcfa à été attribué à une entreprise turque qui n'a jamais construit un seul stade dans le monde et qui, selon certaines indiscrétions, sous-traite les travaux aux entreprises locales. Ce montant de 160 milliards Fcfa est 60% plus cher au Cameroun que dans les pays de la sous-région qui ont construit des stades de même capacité...
Le président régional du Sdf pour le Littoral croit dur comme fer que la crise économique que subit le Cameroun est plus structurelle que conjoncturelle. La corruption et les détournements de deniers publics constituent l'Adn de l’administration publique. Le député étaye son propos d’exemples éloquents. Dans ce droit fil, les salaires fictifs ont coûté à notre Trésor public plus de 1920 milliards Fcfa en 20 ans. Et on n’est guère sorti de l’auberge. La saignée se poursuit.
Retro-commissions
«Si on avait attaqué dès le début cette gangrène, le Cameroun aurait pu éviter les affres des différents programmes drastiques imposés par le Fmi qui n'ont abouti qu'à une remise de la dette de 1420 milliards à la faveur de l'atteinte du point d'achèvement de l'initiative Ppte. Ces 1420 milliards Fcfa sont de loin inférieurs aux 1920 milliards Fcfa détournés dans votre administration publique au seul titre des salaires fictifs en 20 ans». Avec fougue, JM Nintcheu, tire a boulets rouges sur le scandale des marchés fictifs de gré à gré. Plus de 5.000 milliards évaporés en cinq ans dont 926 milliards Fcfa pour le seul compte du budget de fonctionnement de l’Etat de l’exercice 2015 (Rapport de la Chambre des comptes). Que dire des détournements opérés pour le compte des budgets d’investissement depuis plus de cinq ans ?
Le refus obstiné de mettre sur pied la Caisse des dépôts et consignations engendre entre 6.800 et 9000 milliards de pertes sèches en 9 ans. La Caisse des dépôts et consignations est régie par la loi N° 2008/003 du 14 avril 2008. Neuf ans après l'adoption de cette loi par l'Assemblée nationale, elle n'a toujours pas été mise sur pied. Cet organisme stratégique aurait pu contribuer au financement de certaines activités notamment les projets étatiques, si l’on s’en tient à l’article 4 de la loi du 14 avril 2008 qui dispose que : «la Caisse des dépôts et consignations peut concourir au développement économique du Cameroun, par l'intermédiaire des structures spécialisées, selon les priorités définies par le gouvernement». Plutôt que de mettre sur pied cette Caisse qui aurait pu financer des projets étatiques, le gouvernement à travers le Minfi opte toujours pour la piste désastreuse de l'endettement frénétique à des taux usuraires et sur fond de forts soupçons de rétro-commissions.
Le Minfi sur la défensive
Monsieur le ministre, la coupe est loin d'être pleine. Il est donc constant que le Cameroun n'aurait jamais connu la crise actuelle si, en plus d'implémenter les choix économiques justes et réalistes axés sur l'agriculture, l'industrialisation, la recherche et l'innovation, le système auquel vous appartenez avait véritablement pourchassé les métastases structurelles qui ont provoqué au niveau des caisses de l'État des pertes lourdes égales ou supérieures au Pib national. Malheureusement pour le pays, vous choisissez une fois de plus la voie facile de l’endettement qui plombera davantage l’avenir des générations futures. C’est en cela que vous êtes inconséquent» conclut Jean Michel Nintcheu.
A la suite du député, l’argentier national, à son corps défendant, a expliqué aux députés que la dette du Cameroun reste en gros soutenable et que le gouvernement s’emploie à implémenter les réformes nécessaires pour corriger certains dysfonctionnements. Parlant de la lutte contre la corruption, le Minfi se réjouit des structures mises sur pied par le pouvoir en place à l’effet de tordre le cou au phénomène qui constitue une pieuvre.


Alain NJIPOU


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

remenber puis njawé

 

Remenber Pius N. Njawé

 

LA COTIERRE

Douala V

Le tournoi de football entre conducteurs de moto-taxis de Douala 5e vient de connaitre son apothéose au stade du lycée de Bepanda.

Le 2 août dernier, la finale a opposé les mototaximen du carrefour la Roche à Santa-Barbara à ceux du carrefour terminus Bonamoussadi qui ont remporté la coupe mise en compétition par le score serré de 3 buts à

Lire la suite...
 
Kribi

Depuis cinq jours, ceux qui travaillent à la carrière de l'autoroute observent un mouvement d’humeur.

Des camions immobilisés, des ouvriers assis à même le sol et d’autres debout tiennent des pancartes à l’entrée de la carrière. On peut y lire : « trop c’est trop avec les Chinois. Nous ne sommes pas des esclaves. Payez nos primes. Allez chez-vous ».

Lire la suite...
 
Renouvellement des organes de base

Renouvellement des organes de base .Limbè : des militants du Rdpc dénoncent la triche

Les militants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais dans l’arrondissement de Limbe II dénoncent à travers deux plaintes adressées au comité régional de renouvellement des organes de base du parti et au secrétaire général du Comité central des violations graves des règles électorales observées lors du déroulement des scrutins le 16 novembre 2015.

Lire la suite...
 

LA FORESTIERE

Bityili

Bityili .Les bons points de la coopération Cameroun-Japon

C’était à l’issue d’un atelier tenu du 2 au 3 mai dernier à Bityili, une bourgade située à environ une dizaine de kilomètres d’Ebolowa, que chercheurs camerounais et japonais se sont donné rendez-vous en vue de présenter le fruit de cinq années passées dans cette communauté.

Lire la suite...

LE MONTAGNARD

Ebolowa

L’atelier de renforcement des capacités des acteurs urbains du Sud à la mise en œuvre des technologies à Haute intensité de main d’œuvre (Himo) dans les projets d’infrastructures urbaines s’est tenu du 18 au 20 août dernier à l’hôtel le Ranch à Ebolowa.

L’approche Himo est une contrainte au regard des orientations du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi.

Lire la suite...

LE SEPTENTRION

ExtrĂŞme-Nord

Extrême-Nord. Du matériel roulant pour la Croix Rouge

Le président du Comité international de la croix rouge leur a rétrocédé trois véhicules 4x4 et 12 motos le 18 novembre 2015 à Maroua.

William Aurélien Eteki Mboumoua a bravé la longue distance qui sépare Yaounde et Maroua. Le président de la Croix rouge Camerounaise (Crc) a tenu á présider personnellement la cérémonie de rétrocession d’un important don en matériel roulant constitué de trois véhicules 4x4 tout terrain et des douze motos : don du Comité international de la Croix rouge (Cicr).

Lire la suite...