Une du 22 Août 2017
Election à la Croix rouge .La grosse manœuvre du Renouveau

Redevance forestière.Le gouvernement dos au mur

Can 2019.Ce que coûte le report de la mission d’inspection

E-commerce.Ces victimes de l’escroquerie en ligne

Opération Epervier L’Internationale socialiste exige la libération de Marafa

Opération Epervier L’Internationale socialiste exige la libération de Marafa

SOCIETE

Tagline

By B-P.D.

Appel fait au cours des assises qui se sont tenues les 6-7 juillet 2015 Ă  New York. L’internationale socialiste est…

More...
Tête-à-tête Biya-Hollande

TĂŞte-Ă -tĂŞte Biya-Hollande

vih-sida au cameroun

By florette manedong

Le prĂ©sident Hollande a fait comprendre Ă  son interlocuteur la grande prĂ©occupation de la France sur les dĂ©tournements de deniers…

More...
Longévité au pouvoir

Longévité au pouvoir

Cameroun

By Jean François CHANNON

  Face Ă  la presse au Palais de l’UnitĂ© le 3 juillet dernier, et devant son homologue français presque rougissant,…

More...
Terrorisme  21 morts dans un nouvel attentat à Maroua

Terrorisme 21 morts dans un nouvel attentat Ă  Maroua

TEMPO

BOKO HARAM

By FREDERIC BOUNGOU

L’opĂ©ration kamikaze du 25 juillet au soir a Ă©galement fait 85 blessĂ©s dont une dizaine grave. L’attentat suicide Ă  la…

More...
Energie électrique La leçon du Dg d’Enéo au gouvernement

Energie électrique La leçon du Dg d’Enéo au gouvernement

ECONOMIE

eneo

By ALAIN NDJIPOU

En marge des travaux de la 4eme Ă©dition de l’UniversitĂ© du Gicam, JoĂ«l Nana Nkontchou, a donnĂ© des pistes pour…

More...
Lutte contre le terrorisme Au moins 200 expatriés refoulés du Tchad

Lutte contre le terrorisme Au moins 200 expatriés refoulés du Tchad

SOCIETE

boko haram

By s.k

Les Ă©trangers dĂ©versĂ©s sur le sol camerounais le 27 juin 2015 sont de nationalitĂ© camerounaise, nigĂ©riane et centrafricaine. Idris DĂ©by…

More...
Cameroun Hypothèque sur l’émergence

Cameroun Hypothèque sur l’émergence

ECONOMIE

Ă©mergence 2035

By ALAIN NDJIPOU

EmboĂ®tant le pas au Fonds monĂ©taire international (Fmi), le groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) Ă©met des rĂ©serves quant Ă  la…

More...
Lions indomptables Le successeur de « Marco » reste introuvable

Lions indomptables Le successeur de « Marco » reste introuvable

SPORT

marc vivien foé

By Christian TCHAPMI

Douze ans après la disparition tragique de l’ancien milieu de terrain de la sĂ©lection nationale fanion, la tanière manque cruellement…

More...
Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.

Selon Pr Ambroise Kom

Ce genre d’individus, généralement infâmes moralement, ont infecté l’Université camerounaise pour combattre au bénéfice du système dominant, le débat d’idées, les libertés d’esprit, d’opinions et d’expression. Ils jouent le jeu du pouvoir à l’Université pour des récompenses à la saveur très souvent astringente. Evocations.

C’est au chapitre II du nouveau livre du Pr Ambroise Kom intitulé « Université des Montagnes. Pour solde de tout compte », publié par les « Editions des peuples noirs », que la réalité d’un tel parjure est développée. Le Pr Kom indique : « Certes, on parlait du Renouveau dont les contours restaient flous, mais en réalité le Cameroun croupissait encore sous l’autoritarisme hérité du régime précédent. C’est-à-dire que les franchises universitaires ou libertés académiques qui devaient découler naturellement des valeurs démocratiques étaient inconnues. Certains collègues, y compris des responsables académiques, avaient une double casquette et jouaient également le rôle d’indicateurs pour le compte des pouvoirs publics ». (P.55, 2ème paragraphe). Et de poursuivre : « Par-dessus tout, l’enseignant, fût-il d’Université, n’était qu’un fonctionnaire ». 

L’histoire retiendra donc à jamais. Pour être plus précis, il s’agit d’une affaire qui est à jamais inscrite dans les annales de l’Université camerounaise. Nous sommes en mars 1987. Des étudiants responsables du club Unesco de l’Université de Yaoundé (à cette époque, sauf erreur de notre part, l’un des principaux dirigeants du club Unesco de l’Université de Yaoundé s’appelait Luc Sindjoun, brillant étudiant de la faculté de droit) invitent le Pr Ambroise Kom à prendre part à une table ronde qui se déroule au campus, précisément à l’Amphi 700.
L’Affaire de l’Amphi 700
Le thème de la dite table ronde est : « La littérature politique au Cameroun ». Il faut savoir qu’au lendemain de l’accession de Paul Biya au pouvoir le 6 novembre 1982, les discours et les promesses d’ouverture démocratique qu’il a développés, ont suscité de l’espoir au sein de l’intelligentsia en général, et des universitaires en particulier. Beaucoup ont conçu alors que le débat d’idées, partant de thématiques relatives à tous les domaines du savoir sera accepté dans la nouvelle société qu’envisageait le président Paul Biya. Seulement, traiter d’un thème comme « la littérature politique au Cameroun », pouvait paraître audacieux, dans un contexte où les « tontons macoutes » de l’ancien système étaient encore en action, y compris surtout à l’Université. Le Pr Ambroise Kom, que les responsables estudiantins du club Unesco de l’Université de Yaoundé avaient motivé pour « sa qualité de grand débatteur », ignorait peut-être naïvement qu’il s’agissait là d’un guet-apens. Autour de la table il y avait donc outre Ambroise Kom, Hubert Mono Ndjana, Bassek Ba Khobio, et David Ndachi Tagne. L’amphi 700 est plein à craquer. Il y a là des enseignants de tous les grades, des étudiants, et du personnel d’appui de l’Université de Yaoundé d’antan. A cette époque, les agents de la tristement célèbre Centre national d’études et de recherche (Cener), aujourd’hui transformé en Direction générale de la recherche extérieure (Dgre) qui redoutaient les étudiants, n’entraient pas facilement au campus, du moins de manière ostensible, de peur de se faire démasquer et lapidés par les étudiants, très solidaires à cette époque. Le Cener utilisait donc soit des enseignants et/ou lesmembres du personnel d’appuis, soit des étudiants d’un certain niveau pour traquer ce que les puissants du système identifiaient comme « esprits audacieux ». Ces indicateurs étaient donc incontestablement présents ce jour-là à l’amphi 700.Le débat aura été intense. Chacun des débateurs a fourni ses arguments pour édifier les étudiants, venus écouter cette palabre intellectuelle.
Débat autour de l’etnofacisme
Presque un mois après, le Pr Ambroise Kom est cueilli à son bureau alors situé à l’annexe de la Faculté des lettres et sciences humaines, par un jeune policier qui lui demande de le suivre. Il se retrouve à la non moins tristement célèbre Brigade mixte mobile (Bmm), véritable laboratoire de torture des « subversifs » et autres intellectuels et patriotes dissidents du régime. Il retrouve à la Bmm où régnaient des affreux tortionnaires comme le commissaire Missomba (alors directeur de cette structure), Mouiche Moïse (directeur adjoint), et Biaka (commissaire à la BmmDavid Ndachi Tagne, les journalistes Martin Soua Ntyam, Jean-Marie Nzekoué, et Ebona Nyetam. Ils sont incarcérés. Fait curieux, Bassek Ba Kobhio et Hubert Mono Ndjana qui ont pris part à cette table ronde ne sont pas présents. Si le premier a échappé aux tortionnaires de la BMM qui l’ont cherché pendant des jours, simplement parce qu’il était en mission à l’étranger, le second, très proche du régime n’a tout simplement pas été inquiété.
Et là des questions se posent encore jusqu’aujourd’hui sur le rôle qu’a joué le Pr Hubert Mono Ndjana qui lui aussi enseignait à l’Université de Yaoundé, dans cette sombre affaire. Le débat littéraire qui a justement suivi cette affaire, notamment sur « l’ethnofascisme » et le « monofascisme », ne l’a malheureusement pas mis au-dessus de tout soupçon. Justement, Bassek Ba Kobhio interviewé par nos confrères de Mutations presque deux décennies après « l’affaire de la table ronde de l’Amphi 700 », a bien accablé le Pr Mono Ndjana, le classant parmi les nombreux enseignants d’université qui semblent émarger dans la redoutable « Maison du Lac », dixit l’actuel siège de la Dgre. A la suite de cette interview du fondateur du festival Ecrans Noirs, le Pr Hubert Mono Ndjana très remonté dans une lettre ouverte à ce propos a essayé de se défendre et confondre Bassek Ba Kobhio. Mais l’opinion n’a jamais oublié cette « cabale » et le rôle que certains universitaires y ont joué.
A plat-ventre ?
En tout cas le livre du Pr Ambroise est édifiant à ce propos. Surtout lorsqu’il y identifie deux autres personnages du monde universitaires de l’époque comme faisant partie des barbouzes du système. Il s’agit respectueusement du Pr André Ngijol Ngijol, et de M. Jean Stéphane Biatcha. Le premier qui vouait une haine morbide au Pr Ambroise Kom, en inondant chaque fois les responsables sécuritaires (ex Cener, ex secrétariat d’Etat à la sécurité intérieure, ex Minat) des bulletins de police tendancieux et accablants, sur les attitudes de l’universitaire au sein et en dehors du Campus est aujourd’hui décédé. Le second, enseignant des lycées et collèges d’enseignement général, aujourd’hui haut responsable du cabinet civil de la présidence de la République fut très actif comme indicateur lorsqu’il occupait le poste de chef de division des activités sportives et associatives à la direction des œuvres universitaires,comme le révèle le Pr Ambroise Kom dans son dernier livre sorti officiellement ce 15 mars 2017.
De nos jours, on a tendance à penser que si les universités camerounaises du portefeuille de l’Etat, sont aussi rebutées intellectuellement, c’est certainement en pensant que le système dominant a réussi plus qu’hier à détourner les universitaires de la science et de la recherche, pour des fonctions d’altimètres et de requérants de toutes les velléités de critiques et d’émancipations intellectuelles en milieu universitaire. La conséquence est que, un grand nombre d’universitaires aujourd’hui à plat-ventre devant le système dominant, sont prêts à utiliser la délation contre leur collègues indépendants ou engagés pour acquérir un poste de chef de service ou de sous-directeur dans n’importe quel département ministériel. D’où le développement des « affreux » au sein des campus, avec cette classe de « doctorants » complétement dépourvus d’intelligence, et qui veulent intégrer le système par le même processus.




Jean François CHANNON


Commentaires   

 
0 #1 Anemonalove 08-07-2017 13:58
Hello guys! Who wants to see me live? I have profile
at HotBabesCams.co m, we can chat, you can watch me live for free, my nickname is Anemonalove , here is my photo:

https://3.bp.blogspot.com/-u5pGYuGNsSo/WVixiO8RBUI/AAAAAAAAAFA/JWa2LHHFI2AkHParQa3fwwHhVijolmq8QCLcBGAs/s1600/hottest%2Bwebcam%2Bgirl%2B-%2BAnemonalove.jpg
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

remenber puis njawé

 

Remenber Pius N. Njawé

 

LA COTIERRE

Douala V

Le tournoi de football entre conducteurs de moto-taxis de Douala 5e vient de connaitre son apothéose au stade du lycée de Bepanda.

Le 2 août dernier, la finale a opposé les mototaximen du carrefour la Roche à Santa-Barbara à ceux du carrefour terminus Bonamoussadi qui ont remporté la coupe mise en compétition par le score serré de 3 buts à

Lire la suite...
 
Kribi

Depuis cinq jours, ceux qui travaillent à la carrière de l'autoroute observent un mouvement d’humeur.

Des camions immobilisés, des ouvriers assis à même le sol et d’autres debout tiennent des pancartes à l’entrée de la carrière. On peut y lire : « trop c’est trop avec les Chinois. Nous ne sommes pas des esclaves. Payez nos primes. Allez chez-vous ».

Lire la suite...
 
Renouvellement des organes de base

Renouvellement des organes de base .Limbè : des militants du Rdpc dénoncent la triche

Les militants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais dans l’arrondissement de Limbe II dénoncent à travers deux plaintes adressées au comité régional de renouvellement des organes de base du parti et au secrétaire général du Comité central des violations graves des règles électorales observées lors du déroulement des scrutins le 16 novembre 2015.

Lire la suite...
 

LA FORESTIERE

Bityili

Bityili .Les bons points de la coopération Cameroun-Japon

C’était à l’issue d’un atelier tenu du 2 au 3 mai dernier à Bityili, une bourgade située à environ une dizaine de kilomètres d’Ebolowa, que chercheurs camerounais et japonais se sont donné rendez-vous en vue de présenter le fruit de cinq années passées dans cette communauté.

Lire la suite...

LE MONTAGNARD

Ebolowa

L’atelier de renforcement des capacités des acteurs urbains du Sud à la mise en œuvre des technologies à Haute intensité de main d’œuvre (Himo) dans les projets d’infrastructures urbaines s’est tenu du 18 au 20 août dernier à l’hôtel le Ranch à Ebolowa.

L’approche Himo est une contrainte au regard des orientations du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi.

Lire la suite...

LE SEPTENTRION

ExtrĂŞme-Nord

Extrême-Nord. Du matériel roulant pour la Croix Rouge

Le président du Comité international de la croix rouge leur a rétrocédé trois véhicules 4x4 et 12 motos le 18 novembre 2015 à Maroua.

William Aurélien Eteki Mboumoua a bravé la longue distance qui sépare Yaounde et Maroua. Le président de la Croix rouge Camerounaise (Crc) a tenu á présider personnellement la cérémonie de rétrocession d’un important don en matériel roulant constitué de trois véhicules 4x4 tout terrain et des douze motos : don du Comité international de la Croix rouge (Cicr).

Lire la suite...